Se Connecter

Inscription

Université Lyon 2 : de l’arbitraire universitaire à l’internement arbitraire

Vouloir faire une reprise d’études, puis une thèse, dans l’Université d’aujourd’hui, ça peut vous mener en psychiatrie : voici comment...

Après avoir été privée arbitrairement d’accès en thèse à l’université Lyon 2 malgré un master 2 recherche (ex-DEA) mention très bien, après avoir été interdite arbitrairement d’accès à l’université pour avoir protesté contre cette injustice1, Sophie a été condamnée à de la prison avec sursis et à une obligation de soin pour « appels malveillants » (en réalité un appel téléphonique unique à son ex-codirectrice de mémoire, au départ pour lui demander si elle trouvait normal que son étudiante soit menacée par les vigiles que ça "se passe très mal" si elle revenait sur les campus) .

A la suite d’une procédure bâclée, ou le Parquet en enquête préliminaire, puis les tribunaux, n’ont même pas pris la peine de rechercher des preuves matérielles (relevés d’appels téléphonique) malgré la demande de l’avocat de Sophie. Cette condamnation est devenue définitive parce que ce dernier a signé le pourvoi en Cassation (formellement, ce devait être Sophie). Une erreur impardonnable pour le sort du pourvoi, à mettre en perspective avec toutes celles, auto-pardonnées quant à elles, faites par l’administration judiciaire et préjudiciables à notre camarade…la dernière en date, et non la moindre, étant sa convocation auprès du juge d’application des peines sous le motif de sa condamnation pour "intrusion dans les campus" et "appels téléphoniques malveillants", alors même qu’elle a été relaxée, définitivement, du 1er chef par la 4e Cour correctionnelle d’appel, depuis fin 2013 !!

Les manquements de l’administration judiciaire durant la procédure font actuellement l’objet d’une requête à la CEDH contre l’Etat français, à l’initiative de Sophie. Mais une telle requête n’est pas suspensive de sa condamnation pénale.

Pour la suite de l’article c’est ici


P.-S.

Notes :
1) Les arrêtés d’interdictions d’accès pris par la présidence de Lyon 2 ont été cassé par la Cour d’appel pour non respect du principe du contradictoire, l’administration n’ayant même pas pris la peine d’entendre Sophie comme les règles de base du droit le prévoient.

L’historique de cette affaire->http://crea-tifs.blogspot.fr/search/label/plain%27tif%20%3A%20la%20plainte%20de%20Lyon%202]

Autres compléments


Proposer un complément d'info

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Articles de la même thématique : Enfermement - Prisons

Le business carcéral

Publiez !

Comment publier sur ReimsMediasLibres.Info?

ReimsMediasLibres.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site.
Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail ReimsMediasLibres [at] riseup.net