Se Connecter

Inscription

Pourquoi ce sont toujours les mêmes qui écrivent et comment changer ça ?

Un petit texte de réflexion issu des trois ans de pratiques du sites Paris-luttes.info qui nous semble d’actualité, aussi, sous nos latitudes provinciales.

Après 3 an de fonctionnement de Paris-luttes.info , nous avons constaté que nous n’avions pas brisé les frontières imposées à l’expression de tout un chacun. C’est normal, ça prend du temps, et ça nécessite aussi de définir plus précisément ce qui est recherché.

Le texte qui suit ne prétend pas avoir trouvé une méthode miracle, mais plutôt suggérer quelques voies parfois trop négligées, par lesquelles nous sortirons peut-être des ornières de la spécialisation intellectuelle.

Parmi les causes possibles de l’inégale répartition de la parole en société et dans nos propres médias, notamment de la parole politique dans son acception la plus large, on peut compter :

- L’habitude d’une stricte répartition des rôles (expert/militant/spectateur passif, etc.).
- La répartition inégale du capital culturel : tout le monde ne dispose pas des mêmes outils pour s’exprimer.
- Ce qui est capital culturel et ce qui ne l’est pas : valorisation de certaines formes d’expression au détriment des autres (écrit contre oral, théorie contre récit, etc.).
- Les formes d’expression : elles sont figées conformément aux besoins et pratiques des détenteurs de capital culturel. Ils définissent ce qu’est l’art, la littérature, la théorie, l’histoire, etc.
- Les médias contemporains (radio, télé, internet...) ne permettent pas nécessairement une transposition des anciennes formes de culture populaire.
- Le fond : comment on déconsidère le fait de s’exprimer, et notamment de s’exprimer politiquement, dans certaines classes sociales (superflu, pas viril, obscène). Pourquoi en a-t-on perdu le goût ?

Deux concepts peuvent servir assez largement ce questionnement : celui de culture populaire (qu’est ce exactement ? Quelle culture mérite cet épithète aujourd’hui ? Quel rapport entretenir avec ?), et celui d’histoire des vaincus (voir les "thèses sur le concept d’histoire" de Walter Benjamin). (Comment faire pour que cette histoire fragmentaire, porteuse d’espoir, ne disparaisse pas. Comment lutter au présent contre sa disparition).

Il n’y a pas de miracle à attendre d’une potentielle libération des modes d’expression. Ce sont avant tout les conditions matérielles qui déterminent les aptitudes des humains à communiquer entre eux. Cela dit, il existe des formes de répression de la parole populaire. Quelles sont-elles ? Pour empêcher la parole d’émerger, le plus simple est encore de l’empêcher d’être pensée. En disparaissant, la parole populaire devient difficilement concevable. Car qui peut la définir, hormis le peuple, qui est (trop souvent) muet ?


P.-S.

La suite sur Paris-luttes.info


Proposer un complément d'info

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur ReimsMediasLibres.Info?

ReimsMediasLibres.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site.
Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail ReimsMediasLibres [at] riseup.net