Se Connecter

Inscription

Ayoub, le retour : vers une Troisième Voie… de garage

Si des gens se demandaient où était passé Serge « Batskin » Ayoub ces derniers mois, la réponse est disponible sur les réseaux sociaux depuis quelques jours. Serge et une partie de ses amis ont monté le club des Praetorians à Berzy-Le-Sec, dans l’Aisne. Club qui fêtera sa première année d’existence en organisant un concert le 25 avril 2015.

Moins glamour que le XVe arrondissement de Paris où se trouvait le Local, l’ancienne tanière d’Ayoub, situé au détour d’une route de campagne dans la banlieue de Soissons, ce nouveau lieu à la fois club et salle de concert n’est rien d’autre qu’un entrepôt plus proche du local à bestiaux (pour gros bœufs) que de la salle de réception… Espérons en tout cas que son avenir est annoncé par son environnement : sur la route dite « Les Marais » et à proximité de la rivière la Crise (ça ne s’invente pas !). Espérons également que les riverains ne laisseront pas une bande de nazillons recyclés prendre racine dans leur paisible campagne.

« Je ne crains personne en Harley Davidson »

Cette attirance pour le milieu du cuir, de l’huile et des grosses mécaniques n’est pas nouveau. Déjà au milieu des années 1990, suite à la mise en sommeil des Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires (JNR), lorsqu’il avait été contraint de se faire oublier et de prendre un peu de recul sur ses activités politiques, Ayoub avait choisi de se mettre au vert en se tournant vers les bikers, en ouvrant un commerce en rapport avec le milieu[1]. Lorsque dans les années 2000, après une éclipse de presque dix ans, il revient en France, c’est donc tout naturellement qu’il fait sa réapparition dans cet univers en ouvrant un bar à Paris, le Garage, rue Oberkampf, qui vise ouvertement cette clientèle. Il n’est pas rare de le croiser avec la tenue réglementaire de ce milieu : à cette période, il ne se gêne pas pour parler de « la révolution de comptoir des skinheads« , qu’il oppose aux bikers, « des vrais durs« . Mais ça, c’était avant de faire ressusciter les JNR en 2010…

Serait-ce donc pour lui une espèce de monde parallèle ? Un autre « espace temps » lui permettant de se faire un peu oublier (tout en oubliant lui-même ses anciens amis) quand la justice s’approche un peu trop près ? Rappelons que lors de sa première période biker, début 2000, il avait dans la foulée lâché sans complexe son pote et alter-ego normand Régis « Madskin » Kerhuel, accusé d’avoir tué un Mauricien dans le port du Havre. Kerhuel et son co-accusé, Joël Giraud, un autre membre de la bande, étaient deux skins originaires du Havre et membres des JNR. Depuis, coïncidence, Keruel a, lui aussi, rejoint une bande de bikers, les Hell’s Angels. Les grands esprits se rencontrent !


P.-S.

La suite de l’article est à lire sur le site du collectif antifasciste La Horde


Proposer un complément d'info

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur ReimsMediasLibres.Info?

ReimsMediasLibres.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site.
Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail ReimsMediasLibres [at] riseup.net