Se Connecter

Inscription

Rencontre avec Résistance Ecolo Reims

Suite au "die-in" au Mc Donald, nous avons rencontrer les membres du groupe écolo rémois RER.
Actif depuis quelques mois, ils répondent à nos questions.

Quelques photos de l’action en question :


Pourquoi visez vous un public majoritairement lycéen voire étudiant ?

Notre génération est la plus directement concernée par le dérèglement climatique, la sixième extinction de masse, ou encore la faillite de notre modèle agricole industriel. Elle est consciente des limites de cette civilisation qui fonce vraisemblablement vers son propre effondrement. Les jeunes ont rarement l’occasion de s’exprimer (par le vote, par le débat, etc.) alors que ce sont les plus concerné-e-s : ils.elles sont donc au cœur de notre mouvement. Bien sûr, même si nous sommes nous-mêmes lycéen-e-s et étudiant-e-s, nous accueillons également les militant-e-s plus âgé-e-s : toute contribution compte dans la lutte contre le suicide collectif et la destruction du vivant.

JPEG - 935.4 ko


Quelle différence ou quel lien faites vous entre anticapitalisme et décroissance ?

Il s’agit de deux valeurs essentielles à notre collectif, elles nous fédèrent car elles sont des réponses radicales à un désastre radical. L’anticapitalisme commence par la remise en question de la propriété privée comme loi inaliénable, loi qui entraîne la course au profit, la privatisation de tous les biens communs et naturels, et bien entendu l’explosion des inégalités. La décroissance est quant à elle un mouvement qui se rassemble autour de l’idée qu’il est nécessaire de réduire la production matérielle (la faire décroître) pour des raisons sociales et environnementales. Selon les décroissant-e-s, la recherche d’une production toujours plus grande (qui croît sans cesse) est à la fois impossible, puisque la planète n’est pas illimitée, et néfaste pour les humains, qui ne deviennent plus que des producteurs-trices / consommateurs-trices dont le bien-être se mesure au PIB plutôt qu’au sentiment de bonheur.
Certain·e·s décroissant-e-s ne s’opposent pas au capitalisme, et vice-versa. Nous, on considère que la décroissance doit être complétée par une critique du capitalisme, et que la critique du capitalisme doit tenir compte des limites environnementales et du bien-être humain. Il faut à la fois réduire notre impact environnemental, et donc décroître, mais aussi remettre en question ce système économique profondément inégalitaire, aliénant et à très fort impact environnemental.
Souvent, quand on dit "anticapitaliste", les gens nous disent "ah, vous êtes communistes !", et donc par extension pro-URSS, ou pro-Mao, alors que ces exemples de régimes communistes, qui ont effectivement remis la propriété privée en question, n’ont jamais voulu réduire la production industrielle. De plus, ils étaient extrêmement violents et antidémocratiques. Anticapitaliste ne signifie donc pas qu’on soutient les exemples passés de régimes communistes !

A quelle branche appartenez vous ?

Nous sommes indépendants. Nous n’appartenons à aucune branche particulière, ni Youth for Climate, ni Extinction Rebellion, même si nous pouvons soutenir l’une ou l’autre et sommes bien sûr solidaires des mouvements nationaux ou internationaux comme la Grève Mondiale pour le Climat. Bien que notre lutte soit éminemment politique, nous ne nous affilions à aucun parti politique. Nous n’appartenons donc pas à une "branche" à proprement parler. Cependant, les valeurs que nous revendiquons sont clairement des valeurs d’inspiration altermondialiste, écologiste, libertariens et anticapitaliste.

Pouvez vous nous parler des origines de ce mouvement ?

Ce mouvement a pris naissance lors de l’organisation de la 1ère Grève Mondiale pour le Climat, le 15 mars 2019, avec les efforts combinés et spontanés d’étudiant-e-s et de lycéen-ne-s rémois-e-s. Nous étions un groupe de jeunes content-e-s de voir l’incroyable mobilisation mondiale de la jeunesse, mais parfois déçu-e-s par le manque d’ambitions des jeunes dans leurs revendications et dans leurs moyens. Nous voulions proposer un discours à la hauteur des ravages sociaux et environnementaux.
Désormais, nous nous rassemblons autour de la volonté d’aller plus loin dans la lutte écologiste, en prônant des valeurs radicales et nécessaires telles que l’anticapitalisme et la décroissance, et en faisant le lien entre justice sociale et justice environnementale. Nous voulons également proposer des modes d’action tenant compte de l’urgence dans laquelle nous sommes.

JPEG - 2.6 Mo

Est-ce que la cause végétarienne fait partie de vos revendications ?

L’industrie de la viande et l’élevage intensif est effectivement parmi les secteurs les plus polluants (14,5 % des émissions de gaz à effet de serre). Nous sommes également sensibles au traitement des animaux et au mal-être qu’il peut y avoir chez les personnes impliquées dans ce secteur, comme les employé-e-s des abattoirs. Nous dénonçons la façon dont la consommation de viande participe aux inégalités à l’échelle internationale, à la déforestation et menace la sécurité alimentaire. Finalement, plus que de revendiquer une pratique individuelle, le régime végétarien, nous nous positionnons contre l’industrie de la viande industrielle, qui est aujourd’hui un problème majeur. La cause du problème n’est à nos yeux pas le "choix" des consommateurs, mais bien la façon dont la production est industrialisée, promue et vendue.

JPEG - 2 Mo

Comment voyez vous l’avenir ?

L’avenir est flou, plus que jamais. Les membres du collectif sont pour la plupart conscient-e-s des risques d’effondrement de notre civilisation, et cet effondrement entraînerait toutes sortes de changements, agréables ou désagréables. Nous ne savons pas si les humains sauront se nourrir sans pétrole et pesticides sur une planète dévastée par l’industrie d’aujourd’hui, ni combien d’entre nous seront contraint·e·s à la migration. Nous ne savons pas comment les sociétés réagiront à la privation, au changement forcé : peut-être violemment, peut-être avec enthousiasme. L’avenir ne sera pas fait de voitures électriques volantes et de vies paisibles pour tout-e-s, le progrès technique qu’on nous a toujours vanté est à remettre en question. Pour ces raisons, beaucoup d’entre nous ont peur : peut-être va t’on mourir "trop tôt". Peut-être échouerons nous à endiguer le dérèglement climatique. Peut-être même que la planète Terre sera tellement ravagée qu’elle ne pourra plus porter la vie...
D’un autre côté, l’effondrement serait aussi l’occasion d’une remise en question de la civilisation capitaliste et industrielle, qui en plus d’être sur le point de s’effondrer, est déjà la cause de nombreux désastres aujourd’hui. Il est possible que nos sociétés fassent le choix de s’orienter vers des systèmes politiques réellement démocratiques, à échelle plus locale. Il y a une chance que le système économique n’érige plus le profit en dogme absolu, mais que le bien-être de chacun-e et la solidarité soient mis au premier plan. Tout va changer, tout doit changer. Ce changement fait peur, mais nous gardons l’espoir que dans les ruines de notre civilisation destructrice, quelque chose de meilleur puisse émerger, et que ce changement radical cause le moins de souffrance possible.

Dans quelle mesure votre engagement peut-il servir votre cause et impacter le futur ?

Notre collectif s’est donné avant tout deux objectifs : informer, et agir. "Agir sans savoir est imprudent, savoir sans agir est lâche". Nous cherchons à la fois à ce que les individus prennent conscience de l’urgence écologique et sociale, et à proposer des moyens d’action à la hauteur. Nous sommes évidemment limité-e-s dans nos actions car nous ne sommes qu’une poignée de lycéen-ne-s et étudiant-e-s, avec une énergie et des moyens limités, et le contexte fait que nous n’avons pas le "droit" de faire ce qu’il faudrait faire.
Nous voulons créer une résistance à cette civilisation capitaliste qui oppresse les humains et détruit la nature, d’où notre nom "Résistance Ecolo". Malheureusement, il ne suffit pas de le vouloir pour que tout change. Nous sommes conscient·e·s que nos actions, bien qu’importantes, mobilisatrices et parfois audacieuses, auront un impact limité. On garde cependant l’espoir que sur le long-terme, ce que nous avons fait collectivement fera la différence.
Chaque jour, à l’heure où ces lignes sont écrites, 200 espèces animales et végétales disparaissent. 200 espèces par jour.
On ne pourra pas les ressusciter. Pas plus qu’on ne pourra effacer les années de souffrance, d’aliénation, d’exploitation que des millions d’humains subissent. Pas plus qu’on ne pourra faire disparaître le CO2 dans l’atmosphère, ou les déchets dans la mer. Nous n’en sommes pas capables, contrairement à ce que certains techno-prophètes pensent. Mais nous voulons éviter le pire.
Pour cela, il faut que l’on agisse ensemble. On ne pourra pas changer le monde radicalement en restant isolé-e-s, et des actions audacieuses doivent être envisagées.

Pourquoi avoir choisi comme action le die-in, une action passive ?

Nous avons ici choisi de mener une action à caractère symbolique. Elle nous paraissait adaptée à la dénonciation des pratiques de la firme, symbole des fast-food (donc production faramineuse de déchets, "malbouffe", maltraitance animale, élevage intensif, déforestation...) et du capitalisme (profit à tout va, grande multinationale et évasion fiscale...), qui tue concrètement des êtres vivants et détruit l’environnement : nous représentions ces victimes et ces morts. Nous avons également choisi une action à faible risque car c’était notre première expérience : le die-in nous a permis de prononcer un discours et de distribuer des tracts sans risquer une trop grosse illégalité et de nous organiser rapidement et facilement avec nos effectifs du moment.
Cependant, si le die-in n’est effectivement que symbolique, nous avons envie d’aller plus loin au fur et à mesure que nous amasserons de l’expérience et du soutien populaire. Les actions symboliques sont importantes et efficaces dans une certaine mesure, mais il est nécessaire de les compléter avec des actions à impact plus matériel.

Quel est le but de cette action ?

Cette action avait pour but la sensibilisation. Le die-in s’inscrit dans la suite de notre lettre ouverte et notre vidéo détournant la publicité "un moment de douceur". Cet ensemble d’actions s’adresse à tous et toutes, en dénonçant les pratiques inacceptables des firmes de fast-food, donc McDonald’s est le symbole, par leur impact environnemental et social. C’était aussi l’occasion de mettre le doigt sur les lamentables tentatives de greenwashing de ces firmes.


Quel impact peut-elle avoir sur l’avenir ?

Des citoyen-ne-s ont discuté avec nous en sortant du MacDo et ont exprimé leur désir de boycotter la firme. Nous avons pu également éveiller un questionnement chez certain-e-s, notamment des jeunes de notre âge venu-e-s déjeuner. Par ailleurs, nous avons pu mieux faire connaître Résistance Écolo Reims et gagner une expérience précieuse que nous utiliserons pour nos prochaines actions. On a également communiqué sur les réseaux sociaux à propos de cette action, ça rencontre un certain succès et on espère que ça donne du courage aux citoyens : oui, nous pouvons résister, nous pouvons nous unir et dire collectivement "non" ! Sur le long terme, cette action s’inscrit bien sûr dans la défense de l’anticapitalisme et de la décroissance et la lutte pour la sauvegarde des conditions de vie sur Terre. En bref, nous espérons que cette action minuscule pèsera dans le combat, et qu’elle ne sera pas sans suite !

Est-ce votre définition de "la nature qui se défend" ?

La nature, c’est l’air, l’eau, le sol, les pollinisateurs. Sans elle, pas de respiration, d’hydratation, de nourriture, en bref, pas d’homo sapiens, ni même de vie sur Terre. Notre militantisme a commencé pour beaucoup par le constat que nos propres vies sont en danger. Ensuite, on a réalisé que l’espèce humaine pourrait s’éteindre à moyen terme. Maintenant, on prend conscience que cette civilisation est capable de tuer la quasi entièreté des espèces vivantes, et transformer la Terre en cimetière.
Le die-in, c’était donc une représentation de cette mort, cette pulsion de mort que notre système porte. A force de faire passer le profit et le confort avant la dignité humaine et le respect de la nature, on en vient à causer notre propre mort. Chaque jour 200 espèces animales et végétales disparaissent.Et les prochains morts, c’est nous. Nous avons par conséquent le devoir de désobéir et de lutter aussi fort que nécessaire, quitte à "prendre des risques avec la Justice".

N’envisagez vous pas d’autres actions peut-être plus directes ?

Il est clair qu’au plus nous aurons de l’expérience, au plus nous serons nombreux-ses, au plus nous aurons les moyens d’agir, au plus nos modes d’action s’amplifieront. Il est absolument nécessaire que les mouvements écologistes dépassent le dogme du "nous marchons et puis basta". Il faut bloquer, tracter, afficher, crier, débattre, déranger. On cherche à faire sans cesse plus, mais nous n’existons que depuis trois mois : si nous sommes déjà content-e-s de tout ce que nous avons fait en si peu de temps, il est clair qu’il faudra aller plus loin.

Y-a t’il des diversités d’opinion au sein de votre groupe qui rendraient les échanges dynamiques et enrichiraient votre projet ? Quelle est votre revendication globale ?

Oui, Résistance écolo Reims réunit des opinions diverses ! Nous sommes tous et toutes réuni-e-s autour des valeurs de décroissance, d’anticapitalisme, de protection du vivant, d’action collective et révolutionnaire, et nous soutenons les causes antiracistes et féministes. Au delà de ce socle unanimement partagé, les débats qui nous traversent portent sur le choix entre démocratie directe ou représentative, l’urbanisation, la non-violence, le rôle de l’Etat ou encore l’ anti-spécisme, et nos discussions permettent chaque jour de mieux se forger son opinion et permettre à chacun-e de polir ses idées face aux arguments de l’autre.



Proposer un complément d'info

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur ReimsMediasLibres.Info?

ReimsMediasLibres.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site.
Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail ReimsMediasLibres [at] riseup.net