Se Connecter

Inscription

Magazine Jeune Afrique : interview complaisante de Robert Ménard

Principal magazine franco-africain (avec son ennemi héréditaire Afrique Asie), Jeune Afrique s’éloigne de sa matrice historique (la lutte contre la décolonisation et les dictatures tropicales), pour adopter une journalisme de complaise, comme en témoigne l’interview de Robert Ménard.

Créé en 1960 à Tunis, Jeune Afrique est un hebdomadaire panafricain, édité à Paris.

Il est le premier magazine panafricain par sa diffusion et son audience.

Depuis sa création, il est l’hebdomadaire international de référence du continent.

Il fut très longtemps l’un des rares espaces de libertés lors des luttes de décolonisation puis sous les régimes dictatoriaux.

Aujourd’hui, sa ligne éditoriale l’éloigne de ses origines et de sa matrice historique.

En témoigne, l’interview complaisante de Robert Ménard dans le n°2831 du 12 au 18 avril 2015.

L’alliance de Ménard avec le Front national est présentée de manière à la banaliser car étant "un simple intinéraire hors normes".

Le Robert Ménard d’aujourd’hui est-il toujours celui qui défendait la liberté d’expression en Afrique. Le magazine répond qu’il faut lui accorder ce crédit.

L’entretien donne l’occasion à Ménard de commémorer le personnage d’Elie de Saint Marc. Commandant par intérim du 1er régiment étranger de parachutistes, il prend part à la tête de son régiment au putsch des généraux en avril 1961 et sera condamné à dix ans de réclusion criminelle. Il passe cinq ans dans la prison de Tulle avant d’être gracié, le 25 décembre 1966.

Les historiques de Jeune Afrique, encore en vie, doivent s’arracher les cheveux. Jeune Afrique fait l’apologie d’un homme qu’ils ont combattu.

Les journalistes de Jeune Afrique auraient-ils oubliés que le samedi 5 juillet 2014, le maire de Béziers Robert Ménard, élu avec le soutien du Front national, s’est incliné et a prononcé un discours ému au pied d’une stèle rendant hommage à des morts de l’Organisation de l’armée secrète (OAS), l’organisation militaire clandestine de défense de l’Algérie française. Quatre hommes condamnés à mort en France après la guerre. Albert Dovecar et Claude Piegts, à l’origine de l’assassinat du commissaire d’Alger, Jean-Marie Bastien-Thiry, organisateur de l’attentat manqué contre de Gaulle au Petit-Clamart, et Roger Degueldre, le fondateur des commandos Delta.

Plus loin, Ménard lance une diatribe violente contre l’immigration.

Et de conclure que si l’antisémitisme d’extrême droite en France est résiduel, ce phénomène trouve désormais sa source ailleurs : Encore les immigrés.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Articles de la même thématique : Médias

Emission radio "Larchmütz".

Publiez !

Comment publier sur ReimsMediasLibres.Info?

ReimsMediasLibres.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site.
Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail ReimsMediasLibres [at] riseup.net