Se Connecter

Inscription

Fessenheim : sortie obligatoire.

La sécurité de la centrale mise en question. Aveuglement industriel et lâcheté politique.

Depuis le 13 juin le réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Fessenheim est stoppé en raison d’une anomalie de fabrication détectée tardivement par l’A.S.N(Autorité de Sûreté Nucléaire) .
C’est un audit de l’A.S.N (Autorité de la Sûreté Nucléaire) qui révèlera ces petites fraudes entre amis : le client EDF étant parfaitement conscient de se fournir en produits défectueux. Les générateurs de vapeur potentiellement à risques équipent, indique l’ASN, dix-huit réacteurs de neuf centrales dont le réacteur n°1 de Fessenheim (Haut-Rhin).

Pourtant en juin 2014, Manuel Valls visitait la capitale française du nucléaire et déclarait : "Le Creusot est un exemple pour notre industrie". Plus récemment Ségolène Royal s’absentait du débat à l’Assemblée concernant l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure, préférant jouer les cougars en compagnie des héros tricolores de l’Euro. Les impératifs financiers ou électoralistes priment , semble-t-il , sur l’avenir de l’humanité.

Un exemple prétendait Valls ? oui mais lequel : celui de la pseudo ministre de l’écologie et de son populisme sportif, celui des PDG au pragmatisme aveugle et au mercantilisme irresponsable.. Bien avant cette date, le site livrait aux centrales nucléaires des pièces essentielles avec quelques falsifications dans les tests de qualité. La vétusté de la centrale alsacienne, ajoutée à son implantation périlleuse devrait raisonnablement conduire les responsables politiques à désamorcer cette bombe à retardement.
Une fois de plus la lâcheté politique de ce gouvernement est criante : compliqué, onéreux, soumis au lois des lobbies, le dossier "sortie du nucléaire" sera refourgué aux vainqueurs de la prochaine présidentielle.
Rappelons les propos récents de Pierre Franck Chevet :
"-In fine, la question n’est-elle pas si, mais quand il y aura un accident majeur en Europe ?

"-Oui, il y en aura. Il faut imaginer qu’un accident de type Fukushima puisse survenir en Europe. Je ne sais pas donner la probabilité et on fait un maximum pour éviter que ça arrive, mais malgré tout, on pose le principe que ça peut arriver. En tout cas, il faut partir de cette idée-là, ne serait-ce que pour demander les améliorations de sûreté. On a peut-être un peu oublié que Fukushima, c’était seulement il y a cinq ans. C’est une perte de mémoire collective, pas uniquement des politiques ou des entreprises. Au moment de Fukushima, on a observé très vite une baisse des gens favorables au nucléaire, de 50 % à 40 %. Un an après, on était revenus à 50 %…(...)
Or, le premier responsable de la sûreté, c’est avant tout l’exploitant, c’est lui qui est en charge directement. J’ai beau faire mon métier aussi bien que possible, je ne peux travailler que par sondages. Une situation où seul le gendarme est chargé de contrôles, ça ne marche pas. Les entreprises doivent faire leur boulot en interne, d’abord."
Et lorsque le "boulot en interne" consiste à sauver le monde, on devrait au moins y mettre un peu d’ardeur ! La preuve est encore faîte qu’il faut sortir du nucléaire, sans attendre un accident, qui semble de plus en plus imminent.



Proposer un complément d'info

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur ReimsMediasLibres.Info?

ReimsMediasLibres.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site.
Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail ReimsMediasLibres [at] riseup.net