Se Connecter

Inscription

États d’urgence d’ici et d’ailleurs

L’instauration du régime d’exception en France suite aux attentats de novembre 2015 a coïncidé avec sa mise en place dans plusieurs pays françafricains. Outil habituel des dictatures, il est fort utile pour la répression de l’opposition intérieure aux régimes et a partout prouvé son inefficacité à faire baisser le niveau d’une violence parfois entretenue par les gouvernements eux-mêmes.

Le 9 novembre 2015, quelques jours avant la France, le Tchad décrétait l’état d’urgence dans la région du Lac Tchad frontalière notamment du Nigeria suite à des tueries attribuées au groupe Boko Haram. Le Mali leur emboîtait le pas le 21 novembre à la suite de la prise d’otage à l’hôtel Radisson Blu. A Djibouti, le dictateur Ismaël Oumar Guelleh décrétait à son tour l’état d’urgence le 24 novembre.

Dans l’ensemble de ces pays, les textes qui encadrent l’état d’urgence sont identiques au mot près à la loi française, ne différant que dans la dénomination des territoires concernés et quelques autres spécificités nationales. C’est l’illustration du lien de dépendance maintenu par le colon qui a dépêché des conseillers juridiques auprès des gouvernants vassaux mis en place à la décolonisation, générant des constitutions identiques à celle de la Vème république. Comme d’autres dispositifs instaurés au nom de la lutte contre le terrorisme, l’état d’urgence dans les pays africains est aujourd’hui bien souvent l’occasion d’une communication à destination de la « communauté internationale » pour montrer la solidarité dans une lutte globalisée. Il fournit notamment des arguments aux autorités françaises dans leur soutien à des régimes dictatoriaux comme celui du Tchad, présentés positivement comme remparts face au terrorisme.

À Djibouti, où le dernier attentat remonte à mai 2014, le régime a directement instrumentalisé les exemples français et malien, au nom d’une « menace globale », mettant en oeuvre une décision préparée en réalité depuis le mois de juillet en prévision des élections à venir, comme l’avait dénoncé alors des militants djiboutiens. L’état d’urgence y a effectivement permis de réprimer dans le sang l’opposition, qui n’a ainsi pas la moindre chance aux élections à venir. Les rares députés de l’opposition ont même été exclus manu militari du vote de prolongation de l’état d’urgence au Parlement le 30 décembre.


P.-S.

Lire la suite sur le site de Survie


Proposer un complément d'info

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur ReimsMediasLibres.Info?

ReimsMediasLibres.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site.
Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail ReimsMediasLibres [at] riseup.net