Se Connecter

Inscription

Contre la fermeture de la salle de sport, le Collectif répond à la communauté

La lutte contre la fermeture de la salle de sport de Villers-Cotterêts continue. La Communauté de Commune de Villers-Cotterêts/Fôret de Retz avait décide de sa fermeture le 20 octobre afin de ne pas concurrencer une nouvelle salle de sport privée "L’orange bleue" qui prévoit de s’installer dans la commune.

Dans un courrier adressé à la communauté, le collectif de défense de la salle démonte les arguments qui ont conduit à une telle décision. Ce collectif réunit les usagers de la salle ainsi que l’association Cat’Gym. Ils insistent sur le côté chaleureux et familiale de la salle, qui existe depuis 1995 et accueille près de 200 personnes, venant d’un peu partout puisque la salle est desservie par la Nationale 2.

Lors d’une réunion qui s’est déroulée le 8 novembre, plusieurs arguments leur a été présentés, selon eux aucun n’a réellement de valeur. Il leur a d’abord été avancé que les travaux coûteraient trop cher. Or, ces travaux avaient été validés en juin par la Communauté de Commune, avant que la salle privée ne soit prévue. Il apparaît donc étonnant que moins de 4 mois après les travaux soit devenus trop cher. De plus, les membres du collectifs s’interrogent sur le coût exorbitant des travaux et des investissements, qui ne semblent pas adaptés à la petite taille de la salle. La Communauté de Commune argumente également que le futur agrandissement (avec notamment Vic-sur-Aisne et La Ferté-Milon) allait "appauvrir" la communauté. Argument assez étonnant, compte-tenu du fait que l’inverse était justement avancé pour justifier cet agrandissement lors des différents conseils municipaux et communautaires ayant validé cette décision.

Pour ce qui est de la concurrence déloyale, l’un des argument phare de la Communauté, le collectif explique tout simplement que leur structure n’a pas la capacité de faire concurrence à un groupe tel que celui qui s’implante (Atlas Forme). Il s’agit d’une petite salle, ne disposant pas de machine dernier cri comme L’Orange Bleue et ne dispensant pas de cours collectifs, l’activité principale de la future salle. De plus, les tarifs ne sont absolument pas les mêmes. La salle actuelle propose des tarifs assez bas, comprenant des réductions sociales (pour les familles, les demandeurs d’emploi, etc.). En clair, très peu de membres du collectif pourraient se payer un abonnement à la nouvelle salle privée.
C’est surtout l’absurdité de cet argument qui choque, comme le dit le collectif dans son courrier "puisqu’il ne faut pas concurrencer les investisseurs privés, il faudrait fermer aussi les hôpitaux pour les cliniques privées, la poste au profit des multinationales de distribution de courrier et colis...".
Les gérants de L’Orange Bleue eux-même estiment que l’existence d’une salle public comme celle qui existe n’est pas incompatible avec leur activité.

Le dernier argument concerne donc la maîtrise des coûts. Celui-ci non plus ne tient pas longtemps puisque la décision de la mairie va engendrer l’existence d’une salle vide de 200m². Salle qui ne pourrait pas rester vide longtemps au vu du besoin en locaux. Il faudra bien aménager cette salle pour son utilisation future, et donc prévoir un coût... Malgré ces arguments, il a été proposé au collectif de trouver un autre local. Seulement, la Communauté elle-même affirme que des locaux disponibles il n’y en a pas et de l’argent pour des travaux non plus.

Face à ces arguments fallacieux, le collectif lui revendique son action sociale. Au-delà se la simple activité sportive, cette salle permet de lutter contre l’exclusion sociale, son caractère hétérogène lui confère un rôle d’intérêt général et de cohésion sociale, les lycéens s’entraînant pour les épreuves sportives du BAC, les retraités trouvant une salle adaptée à leur rythme, des athlètes d’autres clubs venant compléter leurs entraînements, toute une population se retrouve dans cette salle et en dehors puisque d’autres événements sont organisés comme la visite de salon ou des barbecue.

La Communauté de Communes a répondu en avançant son conseil communautaire au vendredi 16 décembre afin d’accélérer les choses mais le collectif n’a pas décidé d’abandonner et la pétition qui recueille près de 250 signatures lui donne raison.



Proposer un complément d'info

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur ReimsMediasLibres.Info?

ReimsMediasLibres.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site.
Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail ReimsMediasLibres [at] riseup.net